Pour infos: Tel: +509 33 75 4646/ +509 44 41 8181 | Email: [email protected]

Interview: Organisé chaque année dans le pays le festival Quatre Chemins est un festival artistique qui vise a faire la promotion du théâtre dans tout le pays

Pour la quinzième édition, Labrève a rencontré Guy Junior Régis le directeur artistique pour un entretien.

La Brève:
1- Pouvez-vous nous raconter la genèse du festival quatre Chemins ?

D.A :
Cette belle histoire qui dure depuis quinze ans maintenant, a commencé en septembre 2003, à l’initiative du metteur en scène et pédagogue Daniel Marcelin, qui convoqua le romancier Lyonel Trouillot, la comédienne Magali Denis, le poète et dramaturge Syto Cavé à qui le Festival Quatre Chemins. Daniel Marcelin avait à cœur de créer un carrefour de rencontres artistiques ici à Port-au-Prince autour du théâtre. L’initiative a été soutenue dès le départ par la compagnie belge, la Charge du Rhinocéros, l’Institut Français, la Wallonie Bruxelles Internationale et surtout la Fokal qui plusieurs années a organisé et géré le festival.

 

2- La Brève:
 En quelques mots et chiffres, pouvez-vous nous donner une vision de l’évolution qu’a connue le festival en 15 ans ?

 

D.A :
 C’est vraiment un espace qui a permis la formation, l’émergence et la professionnalisation de beaucoup d’artistes comédiens, metteurs en scène, scénographes, dramaturges. Par exemple, moi l’actuel directeur artistique, j’y ai présenté mon premier spectacle, l’invité de notre 15e édition, la troupe BITH (Brigade d’Intervention Théâtrale –Haïti) a été créée après un atelier animé par Jacques Livchin, dans cadre du festival, et ceci l’année même du tremblement de terre qui a détruit Port-au-Prince. Et sur ces quinze ans, c’est moins d’une soixantaine pièces de théâtre créées dans le cadre de cet événement qui attire chaque année des milliers de spectateurs. 

3- La Brève: 
 Quelles sont les  activités de 4 Chemins en dehors du festival ?

D.A :
Depuis que Fokal a décidé de passer la main aux artistes en 2013, la nouvelle direction que je dirige a tenu à développer le concept de pérennité de l’action de 4 chemins. C’est-à-dire comment notre action peut aller au-delà de l’événementiel dans une capitale de plus de trois millions d’habitants. D’où des propositions comme les « Résidences Par Quatre Chemins » qui permettent a des artites sélectionnés par un jury chaque année, de partir dans une ville de province pour travailler sur une idée de création. Ensuite, 4 chemins a développé le projet « Teyat Timoun » qui aujourd’hui propose a travers tout le pays, des ateliers de formation dans les établissements scolaires.  

4- La Brève :  Le thème du festival cette année ( Pays poète, poète poète ) pouvez vous éplucher ce thème pour nous ? 

D.A :
« Pays poète, poète poète / Peyi pwèt, pwèt, pwèt » est la phrase phare retenue pour questionner un dossier de société lors de cette 15e édition. Il s’agit d’aborder la problématique de la politique culturelle quasi inexistante et les conditions de vie et de travail des artistes dans notre pays qui curieusement est renommée pour sa culture. Une série de conférence y sera dédiée et sera traitée aussi bien par des artistes que par des professionnels de la question.   
 

5- La Brève:
Il y aura des nouveautés pour la 15 ème édition ?

 
D.A :
Nous invitons le public à aiguiser sa curiosité avec une programmation riche et variée comprenant des spectacles, performances, ateliers, lectures, conférences, concerts. Nous inaugurons également cette année, l’espace En Chemin qui recevra des spectacles en chantier. Et c’est beaucoup de danse contemporaine également avec des artistes venant d’ici, de France, du Brésil, de l’Espagne, etc…  

Par Ricot Marc Sony

Comments

comments



Agence Presse en Ligne