Pour infos: Tel: +509 33 75 4646/ +509 44 41 8181 | Email: [email protected]

HAÏTI-JUSTICE-NOUVEAU SYSTÈME DE GESTION INFORMATISEE DES CAS JUDICIAIRES POUR LE PALAIS JUSTICE DE PORT-AU-PRINCE.

La cérémonie de lancement qui s’est déroulée ce Jeudi 1er Octobre 2015, s’agit bien d’un système qui permet la saisie, le suivi et le
contrôle de dossiers judiciaires sur ordinateur.
L’implémentation de ce nouveau système par le Conseil
Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et le Gouvernement
haïtien, à travers le Ministère de la Justice, s’est réalisée
avec le soutien du projet PROJUSTICE de l’USAID qui a
fourni les équipements informatiques nécessaires.
Pour le Doyen du Tribunal de première instance de Port-au-
Prince qui a remercié le Gouvernement et le CSPJ pour la
mise sur pied de ce programme, il s’agit d’une innovation
sans précédent dans les anales de la justice haïtienne. Me.
Bernard St-Vil dit croire que ce projet va permettre un suivi
plus rapide des cas judiciaires et le respect des délais de
procédure.
Le Directeur National de PROJUSTICE, Me. Marceau Jude
Edouard Junior a promis que son organisation va continuer
à appuyer ce projet au cours de sa mise en œuvre. Il en a
profité pour féliciter le Ministre de la Justice pour les
résultats probants de l’opération « coup de poing » lancée
en mars dernier.
De son côté, le Ministre de la Justice, Me. Pierre-Richard
Casimir s’est félicité de donner le coup d’envoi de ce projet
qui marque le début de la numérisation des données
judiciaires. Selon les explications du ministre, la GICAJ, qui
a déjà été mise en place dans la juridiction de St-Marc, doit
permettre aux chefs de juridictions de contrôler le parcours
et l’état d’avancement des dossiers judiciaires. Elle
facilitera ainsi une bonne transparence et une nette
objectivité dans l’enrôlement, le traitement et l’évacuation
des affaires par l’accès rapide aux dossiers pour tous les
acteurs et intervenants, y compris le justiciable.
En entamant la Gestion Informatisée des Cas Judiciaires, le
Ministère de la Justice s’offre donc, en plus de l’opération «
coup de poing », une nouvelle arme pour combattre la
détention provisoire prolongée.

Comments

comments



Agence de Presse en Ligne