Pour infos: Tel: +509 33 75 4646/ +509 44 41 8181 | Email: [email protected]

Vers une 7e journée de protestation, à quoi s’attendre de plus ?

Certains s’estiment que si le Président de la république doit partir, le parlement devrait aussi partir puisque celui-ci en est partie prenante des dérives du pouvoir en place. Le PHTK en 7 ans de gouvernance n’a su pas faire mieux réellement. 7 ans de promesses non-tenues, 7 ans de réalisations virtuelles. Malgré, le président est orné des plus prestigieux prostitués politiques comme conseillers qu’a connu le pays depuis les 30 dernières années et qui n’ont su voir venir ces répliques en dépit des 6,7, 8 Juillet, du 17 Octobre et du 18 Novembre 2018.

Ceux qu’il fallait desservir réellement en termes de satisfaction sont les proches du pouvoir et les parlementaires mafieux et toujours insoucieux. Près de 650 millions de gourdes volatilisées entre parade de noël aux bénéfices des proches du pouvoir et des subventions de 500,000 et 1,000,000 millions de gourdes pour les parlementaires qui ont su bien travaillés durant l’année d’où certaines lois nécessaires pour la vie haïtienne restent encore dans leurs tiroirs.

Le plus confiant que jamais d’où tout son espoir se repose sur l’international et qui est prêt à tout en exemple de sa traitrise envers le Vénézuela. Ce même international en particulier les Américains dans un communiqué, via le département d’Etat demande que le personnel américain non essentiel et des membres adultes des familles de personnel américain de laisser le pays. A quoi le président Jovenel Moise s’attendait-t-il ? Issue d’un pouvoir dilapidateur le plus criant des fonds de PretoCaribe d’où il en a bénéficié également à travers ces firmes pour un projet de construction d’une route sans signature de contrat, d’autres scandales impliquant la Première dame de la république.

A la veille du 7 Février date mémorable pour l’histoire du pays vient la cerise sur le gâteau, le rapport partiel de CSC/CA. Plusieurs propositions se défilent à longueur de journée, le président reste mordicus et une population estimée à près de 4 millions sur tout le pays demande son départ face aux 500 milles qui lui ont donné une légitimité. Bilan : 6 jours de tensions et de paniques, 6 jours où le pays se trouve complètement bloqué et déjà en début d’année était budgétairement déficitaire de 43% des prévisions de l’année fiscale en cours. Des scènes de chaos un peu partout, des scènes de pillages dans divers endroits, près une soixantaine de morts sur tout le territoire, des pertes en bien, des prisonniers en cavales dans le sud du pays et une PNH dépassée par les événements. Le tout grâce à des promesses farfelues, à l’ingérence politique, l’inconscience de la misère du peuple d’où sa frustration incontestable.

Cependant, aucune proposition ne parait évidente face à une gestion efficace de la crise actuelle et l’après Jovenel Moise s’il y a lieu parce qu’il est toujours difficile de trouver un consensus commun pour sauver, redémarrer Haïti, une opposition dite solide mais toujours convergente sous l’égide d’une pieuvre à plusieurs pieds. Il est temps que la jeunesse prenne le destin de ce pays en mains, l’exemple est donné par les PretroChallengers mais toutefois ne doit pas se limiter à un procès de ces fonds car, il est urgent de prendre position dans les affaires publiques pour en mettre fin à ce système.

Plus de 30 ans où les mêmes noms se font entendre, vendeurs de pays, et aucuns resultats puisqu’il s’agit d’intérêts mesquins, personnels. Il est temps de mettre ces incapables dans leurs rangs. Une nouvelle classe économique et sociale doivent émerger dans ce pays parce que celui-ci ne peut plus voire autant d’inégalités, autant de violations de droits humains.

Pour ce mercredi 13 Février 2019 un calendrier de manifestation est connu et le bilan s’alourdit à chaque minute , l’homme banane , l’homme promesse doit dire son mot face à ces maux si non le pays s’effondrera plus que jamais .

Comments

comments



Agence de Presse en Ligne